08 novembre 2019

CREATE, SHARE, CONNECT BY LA PLACE – AVEC OLIVER YATES, CEO DE SHEELD

Depuis sa création début 2018, La Place a réuni plusieurs centaines d’adhérents, dont le nombre ne cesse d’augmenter. Nous avons voulu donner la parole à nos adhérents, qu’ils soient entrepreneurs Fintech, Responsables Innovation au sein d’une banque ou d’une compagnie d’assurance, consultants dans un cabinet de conseils, etc. 

 

Au travers des trois grandes missions qui sont celles de La Place – Create, Share, Connect – les adhérents partagent leurs expériences, bonnes pratiques et anecdotes. Le rendez-vous continue avec Oliver Yates, fondateur et CEO de Sheeld, une infrastructure permettant d’échanger des blocks d’actifs digitaux, assurant le secret des données des investisseurs.

 

CREATE :

 

Racontez-nous en quelques phrases le jour où vous avez eu l’idée de créer Sheeld ?

 

Avec mes cofondateurs Simon Douyer et Arnaud Carrere, nous nous sommes rencontrés lors de nos études à ISAE-SUPAERO et nous savions que nous voulions créer une société ensemble. Nous faisions notre semestre à l’étranger à l’Université de Berkeley, lorsque Arnaud, notre CTO actuel chez Sheeld, a eu une idée ; il faisait des études sur les ventes aux enchères chiffrées, ce qui était assez abstrait : nous nous sommes demandés si nous ne pouvions pas appliquer la même chose pour le trading. A ce moment-là, nous sommes tombés sur le concept de Dark pool, qui est un système d’échanges de valeurs qui, contrairement à la Bourse, n’a pas un carnet d’ordres public. En revanche, le matching et le règlement des actifs est bien centralisés comme dans une bourse

 

Quelle expérience voulez-vous créer avec Sheeld ?

 

Aujourd’hui, dans beaucoup d’infrastructures financières, il y a un accès asymétrique à l’information. Chez Sheeld, nous croyons que plus les marchés sont neutres par rapport à leurs utilisateurs, le plus les mécanismes économiques qui s’y passent sont efficaces : moins de fraude, moins de fuite d’informations. Nous pensons que tout le monde doit avoir le même accès à l’information et que cela doit être équitable. 

 

Votre secret pour continuer à créer tous les jours ?

 

Il y a un truc que l’on applique tous chez Sheeld : on part toujours du principe que le produit est nul et inutile ! C’est assez brutal, mais on part du principe qu’il ne sert à rien. Comme cela, lorsque l’on parle avec des professionnels du milieu, on reste très flexible et on est capable de transformer rapidement le concept. Nous sommes ouverts à tous les retours et d’ailleurs c’est comme cela que nous en sommes arrivés à notre idée actuelle. Le concept de Dark pool étant assez obscure, c’est la façon que nous avons trouvé pour nous adapter aux retours que nous recevons tous les jours. 

 

SHARE :

 

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait partagé et que vous partagez volontiers aujourd’hui ?

 

Cela remonte à un cours sur les ventes que j’avais eu à HEC où le professeur nous a expliqué que tant que nous n’avons pas reçu de “Non” définitif et clair, il ne faut pas lâcher l’affaire. Il faut relancer, même si bien évidemment il y a des fréquences à respecter. Et je m’efforce de l’appliquer. Il ne faut pas avoir honte, car ça arrive qu’une personne ne lise pas tes emails quatre fois de suite et devienne après un très bon client ! Il ne faut pas hésiter, surtout dans un marché restreint comme le nôtre.

 

Qu’est-ce que vous avez l’impression de partager avec les autres Fintech françaises ?

 

Je ne pourrais pas généraliser pour toutes les Fintech. Si je me focalise sur celles de mon écosystème que je connais mieux – Ledger ou Napoléon par exemple – on voit qu’il y a un gros focus sur les mathématiques. Chez Sheeld, notre expertise fondamentale est celle du chiffrement et je trouve que c’est quelque chose que l’on retrouve beaucoup dans les Fintech françaises. Et de manière générale, il y a un vrai focus sur les mathématiques dans les études en France. A l’étranger, on nous fait souvent cette remarque.

 

Le dernier moment de partage au sein de Sheeld ?

 

Cela remonte à pas très longtemps, à l’arrivée d’un nouveau collaborateur Sheeld, Jacques. C’est est un vétéran de l’industrie financière, il a créé des Dark pool pour plusieurs banques. Et pour l’occasion, nous avons pris des bières brassées maison pour apprendre à mieux se connaître. Ce n’est rien de très extraordinaire mais nous avons passé un bon moment à discuter. C’est d’autant plus important lorsque l’équipe est encore petite. Aujourd’hui, chez Sheeld nous sommes 4 cofondateurs et 5 avec un stagiaire de Berkeley – nous sommes proches de l’Université de Berkeley qui nous accélère. 

 

CONNECT :

 

Quel est le contact qui vous a le plus aidé à accélérer à vos débuts ?

 

Cela remonte à notre semestre à l’Université de Berkeley, là où le projet de Sheeld est véritablement né. Nous avions un professeur assez jeune qui dirigeait le laboratoire de Blockchain et le laboratoire de data-science à Berkeley. Il a adoré notre projet, et nous a proposé d’être advisor. Il nous a introduit auprès d’énormément de personnes et il nous a beaucoup aidé à affiner le projet. Aujourd’hui encore, il continue de nous introduire auprès de fonds et il nous aide sur les revues de code.

 

Comment vous vous connectez à votre écosystème extérieur ?

 

Sur notre écosystème, nous nous situons à l’intersection entre la cryptomonnaie et la finance. Mais nous voulons également utiliser notre technologie sur d’autres marchés que celui des actions. On est aujourd’hui sur ce marché qui est hyper fermé : on parle de hedge funds, de fonds de pension, etc. Pour se connecter à notre écosystème, nous ne passons pas vraiment pas des associations. Dans notre cas, avec l’équipe Sheeld nous essayons d’aller à des conférences un peu partout dans le monde. On n’hésite pas à parler à des personnes même si on pense qu’elles ne vont rien nous apporter de prime abord. Parce qu’on ne sait jamais auprès de qui ensuite ces personnes peuvent nous introduire. J’ai été introduit à quelqu’un de très utile pour notre projet par une autre personne qui n’avait rien à voir. Il faut vraiment être très ouvert, plus que d’habitude je pense.

 

Là maintenant, avec qui aimeriez-vous être mis en contact pour un déjeuner pro ?

 

J’aimerais bien être mis en contact avec les personnes en charge de la réglementation des Dark pool  à l’échelle européenne ! 

 

3 questions La Place :

 

Depuis quand êtes-vous membre de La Place ?

 

Nous sommes devenus membres en juin 2019 pour participer au concours de La Place CONNECT [to create] que nous avons gagné.

 

“Le truc en plus” à La Place pour vous ?

 

Déjà La Place est un concept unique : il y a peu d’acteurs qui réunissent les startups et les sociétés de la finance et de la tech. Et puis, le lieu du Palais Brongniart est exceptionnel, j’apprécie beaucoup y être.

 

Votre prochain événement à La Place ? 

 

Nous serons présents à l’événement AFME “Annual Capital Markets Technology and Innovation Conference” qui se tient au Palais Brongniart le 21 et 22 novembre prochains – notamment grâce au FREE PASS offert par La Place à ses adhérents !

 

Oliver Yates, en quelques lignes 

 

J’ai obtenu un diplôme d’ingénieur de Supaero, et double Master Entrepreneurs à Polytechnique et HEC. Dans l’écosystème Blockchain depuis 2016, j’ai développé le premier prototype de produit d’assurance sur la blockchain Ethereum chez Euler Hermes. Ensuite 5 mois dans le laboratoire du DISC à Supaero sur les failles de sécurité du réseau Ethereum. Enfin 4 mois à SF à produire et vendre des signaux de trading à des Hedge Funds de crypto-actifs, chez Merkle Data.

 

Nos autres actualités

28 janvier 2020
Une banque ouverte, le client au centre

Chaque année, Cap Gemini publie trois rapports sur le monde des fintechs, côté paiements, investissement et banque de détail. Ce dernier, le World Retail Banking Report 2019, met les pieds dans le plat : en matière d’open banking, les banques n’ont pas la bonne approche.   En septembre dernier, la transposition de la directive européenne […]

Lire la suite
23 janvier 2020
Une année charnière pour les cryptoactifs 

Mardi 14 janvier, la fintech britannique Finimize organisait à La Place une réunion sur l’investissement en bitcoin et en cryptoactifs qui illustre la maturation progressive de cette nouvelle classe d’actifs.   « Selon les enquêtes, 3% à 6,7 % des Français utilisent le bitcoin ou d’autres cryptoactifs » observe Pierre Morizot, cofondateur de Waltio, une regtech consacrée […]

Lire la suite
22 janvier 2020
Les fintechs s’attaquent aux délais de paiement

Le 21 janvier, La Place Fintech et Finance Innovation ont tenu une demi-journée de rencontres pour faire le point sur la manière dont les fintechs peuvent améliorer le principal problème des TPE et des PME en France : les délais de paiement. L’occasion de voir comment se structure une offre désormais foisonnante.   Depuis la […]

Lire la suite
toutes nos actualités
on vous garde une place
Restez informé(e)
ou laissez-nous un message.

PALAIS BRONGNIART
28 Place de la Bourse, 75002 Paris

CONTACTEZ-NOUS

contact