2020-10-30 12:40:34

En route vers une fédération des structures d'accompagnement Fintech françaises

Pour la première fois en France, les HUBs de la Fintech française se sont rassemblés physiquement au cours du mois de septembre pour partager leurs expériences d’accompagnement des talents de la finance innovante. L'occasion d'échanger, sur une journée entière, entre acteurs du territoire sur les bonnes pratiques, les méthodes de collaboration et les approches innovantes.

L’écosystème des HUB de la finance en France se connaît, mais les occasions de se voir se font rares - qui plus est dans des périodes comme celle que nous vivons. La Place Fintech a voulu les réunir le temps d’une journée pour favoriser les connexions entre territoires innovants.

Un maillage complémentaire pour accompagner les fintech françaises

Sur les 16 acteurs qui figurent au sein du panorama établi conjointement par La Place Fintech et Finance Mag, ils étaient pas moins de neuf à s'être déplacés physiquement pour cette journée d'échanges. Venus de la France entière pour l'occasion, les participants ont commencé par présenter leur structure, dévoilant aux autres leurs spécificités de fonctionnement, les thématiques clés et autres modalités d'accompagnement.

Parmi les acteurs présents, on comptait aussi bien des structures généralistes comme le HUB 612 ou OVHcloud, qui accompagnent des startups de tous secteurs - dont la fintech -, que des structures spécialisées dans la fintech, l'insurtech (French Assurtech) ou les deux (ainsi de Plug N Play, Euratechnologies, Platform 58 et La Fabrique by CA). Enfin, certaines structures ont une coloration particulière : l'entrepreneuriat féminin pour Willa, la Blockchain pour Le Garage, le trade pour 42, l'ESS pour le Maif Startup Club.

Outre les secteurs, les géographies et les stades de maturité des startups que ces structures accueillent varient aussi. Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, les HUBs fintech ne se trouvent pas tous à Paris ! French Assurtech à Niort, Euratechnologies à Lille, Hub 612 à Lyon... autant d'exemples qui attestent de la diversité géographique de ces structures d'accompagnement. De ce point de vue, les HUBs fintech paraissent plus matures que les fonds d'investissement, dont la majorité se trouve encore à Paris.

Les business models ne sont pas les mêmes : certains HUBs sont financés par des corporates (La Banque Postale pour Platform58, BNP Paribas pour Plug N Play, Crédit du Nord pour Le Carré des Innovateurs, Le Crédit Agricole pour La Fabrique) ou des subventions publiques locales (Euratechnologies). Le HUB 612, Platform58 et Willa mettent à disposition des startups qu'elles accompagnent un espace de co-working.



Des partenaires plus que des organisations rivales

L'un des enjeux clés de cette journée a consisté à voir comment penser un parcours et une logique complémentaires entre les différentes structures. Loin de s'imaginer comme des rivales, les HUBs fintech ont au contraire fait montre d'enthousiasme à l'idée d'unir leurs forces, dans le but de servir au mieux les startups qu'elles accompagnent.

Un des sujets de mutualisation est le sourcing, avec la volonté de créer des passerelles entre les structures. Généralement, les HUBs sourcent les fintechs par différentes voies : l'inflow naturel, les événements auxquels ils participent, les outils automatiques de screening du marché qui leur permettent d'identifier des acteurs, les relations avec des partenaires comme les fonds d'investissement ou avec des institutions comme la French Tech.

Ensuite, de par leurs logiques d'accompagnement complémentaires plus que concurrentes, les neuf acteurs présents ont réfléchi à bâtir un calendrier des programmes et des parcours possibles en fonction du stade de maturité des startups. Si l'on voit plus loin, même leurs ressources ou leurs expériences pourraient être mutualisées. Imaginez par exemple qu'un incubateur cherche un speaker sur un sujet précis pour un événement qu'il organise ; ce dernier pourrait très bien lui être recommandé par ses pairs. Autre exemple : les HUBs ont évoqué la possibilité de faire dialoguer entre eux les personnes occupant les mêmes rôles au sein des startups qu'ils accompagnent.

Quoi qu'il advienne de ces initiatives, cette journée constitue un premier pas encourageant vers la construction d'un écosystème fintech français. La volonté et la motivation sont là, il ne reste donc plus qu'à construire !