14 février 2020

Les Assurtech se structurent

Le lancement à La Place de la troisième promotion de l’incubateur French Assurtech permet de dégager les grandes tendances qui touchent le secteur tout entier. 

 

« Nous recherchons désormais des start-up de plus en plus matures, qui répondent à des besoins et des « painpoints » de plus en plus précis » témoigne Mathieu Le Gac, qui dirige le programme Assurtech au sein de Start-up Palace. Il s’agit d’un accélérateur pas tout à fait comme les autres, car il réunit huit des principales mutuelles d’assurance (Groupama, Maif, Macif, Groupe P&V, Maaf, Covea, Mutuelles de Poitiers, Intermutuelle Asssistance), qui couvrent au total 12 millions de foyers français. Les deux premières promotions de French Assurtech, qui lançait le mois dernier à La Place son troisième « batch », se révèlent ainsi très instructives sur la structure qu’est en train de prendre le secteur des fintech dans l’assurance. 

 

Parmi les stars de la saison 1, des start-up comme Coorganiz, dont l’app aide les familles à s’organiser au quotidien, ou Testamento. Cette plate-forme, qui sensibilise aux règles de transmission du patrimoine et aide à rédiger son testament, a réuni peu après son arrivée dans l’accélérateur 3 millions d’euros, auprès de La France Mutualiste, Allianz via son fonds InnovAllianz et Malakoff Médéric Humanis via son fonds MM Innov’. Il s’agit donc, dans les deux cas, de proposer des services complémentaires aux métiers des mutuelles et faire levier sur les bases d’assurés de celles-ci. 

 

« Avant de rentrer dans le programme nous n’avions pas trop d’attentes, mais French Assurtech a vraiment aidé à entrer directement en relation avec les bonnes personnes au sein des bonnes structures » témoigne Philippe Meyrabe, fondateur d’AD Vitam. Cette plate-forme, qui veut aider à simplifier l’organisation des obsèques, relève de la même logique : aider les assurés dans les moments, parfois funèbres et généralement désagréables, où ils entrent en contact avec leur assureur. « Nous avons ainsi pu créer un use case », poursuit Philippe Meyrabe : « L’accélération coté timing est tangible et le volume potentiel peut être stratosphérique. »

 

Avec la deuxième année, deux nouveaux types de start-up ont fait leur apparition. En premier lieu, certaines start-up proposent aux compagnies d’assurances des solutions d’optimisation de leurs process. Golem.ai, par exemple, propose des solutions de traitement du langage naturel basées sur des concepts linguistiques. Elles peuvent s’appliquer à la plupart des applications de l’intelligence artificielle de ce domaine, des agents conversationnels à l’automatisation de processus ou la validation de documents. Ce robot appliqué à la gestion électronique de documents (« Gedbot ») emmagasine et étudie tous les documents relatifs à l’indemnisation, pour permettre de donne la réponse plus vite et plus facilement, avec le bon corpus documentaire. Il en va de même, dans cette promotion, d’AfterData et de Neuroprofiler. Spécialisées, l’une, dans le marketing prédictif et l’autre, dans la finance comportementale, elles permettent toutes deux d’améliorer la connaissance que l’assureur peut avoir de ses clients. 

 

Le deuxième type de start-up est plus radical. La Maison en effet développe des contrats d’assurance habitation, qu’elle prévoit de commercialiser et gérer elle-même le moment venu. Elle espère proposer un parcours client simplifié et faire pleinement levier sur les data sciences et l’intelligence artificielle. Une pure assurtech donc : « L’objectif, désormais, c’est co-créer de la valeur sur un principe de coopétition », explique Mathieu Le Gac. Un principe qui s’applique à toutes les thématiques prioritaires du monde de l’assurance aujourd’hui : silver economy, auto et mobilité, santé et dépendance, cyber-risque, agent conversationnel, gestion de l’habitat…

 

Pour plus d’infos et postuler au Batch 3  => french-assurtech.com

 

Nos autres actualités

12 février 2020
CREATE, SHARE, CONNECT AVEC PATRICK SÉNICOURT, PDG DE NOTA-PME

Au travers des trois grandes missions qui sont celles de La Place – Create, Share, Connect – les adhérents partagent leurs expériences et bonnes pratiques. La série continue avec Patrick Sénicourt, fondateur de NOTA-PME, pionnière des solutions de notation des PME.    CREATE : votre grande innovation   EN DEUX MOTS : COMMENT AVEZ-VOUS CREE NOTA-PME ? Nota-PME […]

Lire la suite
10 février 2020
Droit des crypto-actifs : où en est-on ?

Dans les « Lundis du Legal Crypto », Hubert de Vauplane, associé au cabinet Kramer Levin, et l’avocat Victor Charpiat font le tour pour La Place de l’actualité d’un droit encore émergent : celui de la Blockchain et des cryptoactifs. Au menu : la Commission européenne, la propriété des cryptoactifs, et les exchange tokens.   L’entrée en vigueur de […]

Lire la suite
03 février 2020
« HONG-KONG, LA PORTE D’ENTRÉE NATURELLE POUR LA CHINE» CREATE, SHARE, CONNECT AVEC DAVID ROSA, NEAT

Au travers des trois grandes missions qui sont celles de La Place – Create, Share, Connect – les adhérents partagent leurs expériences, bonnes pratiques en terre de Chine. La série continue avec David Rosa, co-fondateur et CEO de Neat , une néobanque spécialisée dans les PME internationales.   CREATE : votre innovation EN DEUX MOTS : COMMENT AVEZ-VOUS […]

Lire la suite
toutes nos actualités
on vous garde une place
Restez informé(e)
ou laissez-nous un message.

PALAIS BRONGNIART
28 Place de la Bourse, 75002 Paris

CONTACTEZ-NOUS

contact